Philippe DE PERTHUIS

Philippe DE PERTHUIS

Rien ne prédisposait Philippe de Perthuis de Laillevault, vicomte et ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale, à devenir artiste et pourtant…

Fasciné par la magie et la comédie depuis son enfance, Philippe a su suivre son instinct qui le guidait dans le monde du spectacle : c’est un passionné, un vrai, qui va jusqu’au bout et il a bien fait ! Dès l’ouverture du café-théâtre, il s’est jeté à corps perdu dans l’aventure du Double Fond pour en devenir un des éléments les plus indispensables. Il cumule tous les rôles : artiste magicien accompli bien sûr mais aussi régisseur général, directeur technique, responsable informatique, infographiste, responsable postproduction son et vidéo … rien que ça !

Professeur de comédie magique, Philippe de Perthuis n’a pas son pareil pour transmettre son goût du jeu théâtral sur scène, de la recherche de personnages et de scénario, au service des effets magiques. Sur scène, il s’est construit au fil des années un univers bien à lui qui est devenu sa véritable marque de fabrique : un ton très décalé, beaucoup d’humour et d’autodérision, des sketches toujours très colorés, des effets magiques hyper bluffants, le tout dans une mise en scène parfaitement originale …

Que ce soit dans l’art du mentalisme, du close up ou de la magie de salon, Philippe de Perthuis est devenu un acteur incontournable de la magie actuelle. Et vous verrez, son humilité n’a d’égal que son talent.

VIDÉOS

Témoignages

“Laissez-vous envoûter, mener par le bout du nez, époustoufler, estomaquer,bluffer… Laissez-vous emporter par le talent et l’humour de Philippe de Perthuis.” Le Parisien

“Difficile de ne pas croire… et pourtant tout n’est qu’illusion!” Pariscope

« Tout de noir vêtu, il s’adonne à la magie mentale. Crâne glabre, regard rieur, à la fois noir et lumineux, sourire élastique, il malaxe vos cerveaux avec classe et nonchalance, devinant le plat cuisiné ou le chiffre auquel vous pensez en secret, vous tenant en haleine par des tours de passe-passe de l’esprit absolument incompréhensibles… Et sans rire, alors que c’est drôle ! » Télérama

Ses personnages sont tous empreints « (…) d’une folie magique et innovante et d’un humour souvent marqué au vitriol, et en tous cas, décapant !!! Il y a chez Philippe un peu de Rufus, une pointe de Jean-Paul Farré, avec des réminiscences du divin Arthaud. Philippe de Perthuis joue aujourd’hui dans la cour des grands, alors entrez dans sa cour des miracles, à vos risques et périls…Croyez-moi, le voyage ne sera pas sans surprises, et à coup sûr vous il vous marquera profondément… C’est en tous cas tout le bonheur que je vous souhaite… » Gaëtan Bloom

Habillé de noir, grand, dégarni et cheveux très courts, Philippe partage avec ses spectateurs 1h et ¼ de magie et de doute. Coïncidence ? Comment se fait-il que ces deux spectateurs donne, l’un, une carte, et l’autre, la position de cette carte dans le jeu ? Ah oui ils sont ensemble, cela se comprend ! Effet très clean ! Et pour une fois c’est une technique que je ne trouve pas assez employée par les magiciens (ben oui cela demande beaucoup de mois de travail !) et pourtant quelle puissance ! Quel impact ! Il y a aussi des bizarreries avec des livres. Effets différents et à fort impact. Chouette on se mettrait presque à y croire ! Mais que veut-il le bougre ? Mettre le doute dans mon esprit ? Veut-il que je crois qu’il ait des pouvoirs ? Philippe de PERTHUIS laisse planer le doute tout en précisant que c’est un spectacle. Si à un moment ou à un autre du spectacle, les gens plongent trop profond dans le doute, il sait les ramener dans la réalité magique par un mot d’humour, un clin d’œil ou un sourire. Pourtant quand il fait le sérieux, sourcil relevé (pas comme que Max MAVEN), il laisse planer un air de mystère intéressant. En fait il y a un sain équilibre dans tout cela, un coté rassurant et un coté inquiétant. Est-ce un spectacle de mentalisme ? Ben non ! Philippe définit lui-même son spectacle comme de la magie mentale avec beaucoup d’humour. Il souhaite que cela reste un spectacle et que son public garde un bon souvenir du show. Mais il ne veut pas mettre mal à l’aise une partie du public. C’est pourquoi il a choisi cette voie de magie mentale, d’effets qui peuvent paraître un peu bizarres pour le spectateur, mais qui reste dans le domaine du spectacle : pas de voyance après, quoi !!!! Bruno

Le premier show s’appelle « Bizarreries mentales » et je ne sais pas du tout à quoi m’attendre à part qu’il s’agira, comme le titre le laisse entendre, de mentalisme. Philippe se présente sur scène. Grand. Tout de noir vêtu. L’oeil intrigant. Le ton de voix presque caverneux, près à démonter tout notre mécanisme mental si durement construit. Ambiance… A peine la première tirade du magicien achevée, le sourire des spectateurs se transforme en rire. Les dés sont jetés : nous sommes face à un personnage qui se prend tellement au sérieux que, forcément, cela ne peut pas être sérieux. Je n’ai jamais assisté à aucun spectacle de mentalisme ou de magie mentale. Je n’ai donc aucune référence à part les vagues impressions de ce que l’on peut voir de temps à autre à la télé. Et bien ces impressions, Philippe les anéantis, « les dynamite, les atomise ». Les effets sont surpuissants, totalement intrigants et toujours amenés avec un humour qui fait mouche à chaque fois. L’originalité se niche même dans la façon de faire participer les spectateurs. Philippe ne dira jamais « choisissez une carte » ou « quel livre vous préférez ? » mais passera par mille chemins détournés pour arriver à son résultat, avec en prime, beaucoup d’autodérision. Le public aime, participe avec bon cœur et manifeste par des « NON ! » répétés son étonnement devant la force des effets absolument « mentals ». L’heure du second spectacle sonne : « Magie millésimée ». Je peux vous le dire tout de suite : c’est un grand cru ! Philippe revient. Tout habillé de neuf. L’ambiance déjà installée dans le premier show se fait sentir. Les applaudissements d’entrée en scène sont nourris. Les spectateurs sont encore sous le choc mais Philippe va nous emmener totalement ailleurs, dans un univers différent : un univers de one man show à multiple facettes total et parfaitement huilé. Comment parler du spectacle sans en dévoiler trop la teneur ? Déjà en disant qu’il est construit sous forme de sketchs dans lesquels on retrouve à chaque fois un personnage différent. Et là, croyez-moi, c’est gigantesque ! Philippe joue la comédie d’une façon incroyable. Avec son jeu, ses mots, son texte, il réussi à planter un décor de montagnes, de forêts, de plaines, à faire naître des personnages imaginaires et jouer avec pour bien sûr provoquer des miracles magiques. Philippe « se donne » et les spectateurs lui renvoient la balle d’une façon incroyable tellement le tout est dynamique et enjoué. C’est presque une habitude de le dire quand on parle du Double Fond, mais là encore, on dépasse le cadre de la magie, on explose les carcans consensuels et tous les effets magiques reviennent concentrés en pleine poire des spectateurs. Je peux vous le dire, j’ai très mal au nez (et aux zygomatiques). Ovation interminable à la fin du spectacle. Un rappel sous forme de routine d’anneaux avec la encore tellement d’intelligence dans la mise en scène. Mais qui a dit que les classiques étaient dépassés ?! Comme le rappel n’était pas prévu, la dernière routine ne fait pas partie de « Magie Millésimée » en temps normal. Je ne sais pas à quelle occasion elle est présentée mais quelle formidable leçon qui démontre à merveille que lorsque l’on a le génie de la mise en scène, il n’y a plus « d’effets classiques » ou « d’effets novateurs », il reste la magie. La magie pure. Enfin, Philippe revient sur scène, nous remercie et rend hommage avec émotion à Dominique Duvivier car même si ce spectacle est personnel, Philippe nous explique que le maître des lieux du Double Fond est finalement pour beaucoup dans ce que l’on vient de voir. En tout cas, une chose est sûre, moi, je viens de voir un magicien. Un vrai de vrai. Un comme j’aime. Un comme j’admire. Le Marquis de Saint Loup